“Ce n’est pas un signe de bonne santé mentale d’être bien intégré à une société malade.” – Jiddu Krishnamurti

Lorsque vous demandez aux passants dans la rue s’ils trouvent normal que 8 personnes dans le monde détiennent plus de richesses à eux seuls que la moitié de la population mondiale, personne ne vous dira qu’il trouve ça normal ou juste. Pourtant, c’est la réalité et nous ne faisons rien pour la changer.

 

Arrêtons de nous intégrer à un système dont nous ne voulons plus !

 

Facile à dire ? Plus difficile à faire, en effet ! Tout seul, quasiment impossible, oui mais…

 

Je ne sais pas vous, mais quand je pense à la société actuelle, je me demande souvent COMMENT elle s’est crée, quelles ont été les évolutions et comment avec la connaissance, le savoir et la technologie dont on dispose on peut encore vivre de cette façon, en complète autarcie, cruauté et inhumanité.

 

L’envie et l’ambition de l’Homme lui ont donné des désirs de conquête et de pouvoir. Notre monde actuel en est la preuve concrète, dirigé par quelques privilégiés et subi (consciemment ou non) par la majorité. Nous agissons là où il faudrait penser et nous pensons là où il faudrait ressentir. Parfois déçus par ce constat, nous sommes néanmoins encore plus effrayés du changement, car s’il on est sûr de ce que l’on a, on n’est jamais certain de ce que l’on aura.

 

La vie peut s’envisager de deux façons : voir le verre à moitié vide ou le voir à moitié plein ; personnellement je décide de prendre la carafe. Comment ? En revenant aux fondements élémentaires de la civilisation et de notre humanité, des valeurs simples qui n’ont plus leur place dans le monde d’aujourd’hui, bien qu’elles le devraient.

 

L’amour : ce tabou !

 

C’est le sujet le plus tabou de tous les temps, le plus incompris et pourtant celui qui traverse les siècles sans jamais s’évaporer. Aimer ça ne se dit pas, on en parle pas ou peu, avec les collègues ça vous fait paraitre faible, avec la famille ça vous gène. Et pourtant… l’amour est ce qui anime la vie et notre existence même. Dévoiler ses sentiments devrait être un signe de force, de bonté et de courage, pas de faiblesse. Aimer les autres et avoir de l’empathie est un trait humain indispensable, justement pour permettre de réduire les inégalités. S’aimer soi-même pour pouvoir se comprendre est aussi primordial, et vous pourrez apposer toutes les crèmes anti-rides, vêtements de créateurs et séances de sport que vous souhaitez, cela ne vous permettra pas de vous aimer tant que vous ne vous serez pas compris(e).

 

C’est en valorisant le fait d’aimer dans notre société, en étant « soi avec les autres » et en lui redonnant une place importante que nous arriverons à retrouver un équilibre personnel et professionnel. Bien sûr, nous avons tous des sensibilités différentes et certains ont davantage besoin d’aimer/d’être aimés que d’autres, mais le fait de redonner ses lettres de noblesses à cette part extrêmement importante de la vie permettra surement à certains de libérer leurs sentiments, aujourd’hui réprimés par la société et ainsi de libérer des initiatives plus positives (et par la même occasion réprimer les négatives).

 

La solidarité & l’entraide

 

Aujourd’hui, on ne cherche pas à « vivre bien ensemble », on cherche à « tirer parti de ce que l’on peut pour vivre bien de son côté ». Pourquoi ? parce que réussir aujourd’hui c’est avoir de l’argent et/ou du pouvoir. Ça rend heureux ? pas forcément.

 

Pourtant, la fraternité, l’amitié et l’unité coulent dans nos veines. A choisir on préfère tous bien s’entendre avec son voisin plutôt que de se détester et on préfèrerait tous être riches que pauvres. Pourtant, dans les faits, nous sommes devenus cupides et égoïstes. On préfère ignorer les guerres du Moyen-Orient pour pouvoir s’acheter une nouvelle télé et continuer à aller faire un boulot qu’on n’aime pas alors que des milliers de personnes dans le monde ont besoin de notre aide.

 

La solidarité, c’est l’avenir, c’est le passé aussi, c’est la vie ! N’ayons pas peur de régresser un peu et de retourner à des tâches plus simples, manuelles, agricoles même car des millions de personnes dans le monde vivent encore sous le seuil de pauvreté, sans eau, ni électricité, sans éducation et sans formation professionnelle. Créons des emplois et des entreprises dans des domaines qui vont aider plutôt que de s’inscrire dans le cercle vicieux de la consommation. Seule, je peux distribuer une bouteille d’eau mais ensemble, c’est des pays entiers et des populations que l’on peut sauver !

 

 

Ça parait si simple, bête même, et pourtant c’est tellement difficile de changer les mentalités et les modes de vie actuels auxquels on s’est si bien habitués, mais dont on ne veut plus vraiment !

 

Je suis, à titre personnel, convaincue que la clef de tous les maux de cette planète résulte dans une plus grande valorisation de l’amour ainsi qu’un développement d’actions solidaires dans le monde ; l’argent ne menant pas bien loin et ne procurant qu’une satisfaction de très courte durée, ne devrait pas être la première motivation de tout un chacun. Quant aux sceptiques, je ne vous demande qu’une chose … essayons !

 

Manon Aunay

N’hésitez pas à me contacter  ici ou sur manon.aunay@gmail.com

Découvrez aussi  : Le problème, c’est la société, ou c’est nous ? et  La génération Y se demande ce qu’elle fait là !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: